Get Adobe Flash player

... pour passer la mélancolie

... pour passer la mélancolie

Andreas Staier

De la mélancolie dans la musique baroque : pas seulement des registres d’expression profondément tristes, mais aussi des discours sonores sur la vanité, l’art... et la musique elle-même. Que celle-ci se complaise dans le désordre mélancolique ou s’efforce d’y remédier, vanité du monde et gloire de l’artiste se côtoient ici de près. Autour de Froberger, Fischer ou Clérambault, Andreas Staier distille les fruits de ce savant mélange sur un instrument sauvé de l’oubli au tout début de notre siècle.

 

Andreas Staier joue sur un clavecin français anonyme de la fin du XVIIe siècle, ravalé et "mis au grand clavier" par Joseph Collesse en 1749. Restauré par Laurent Soumagnac (Atelier du Clavecin) de 2000 à 2004.