Get Adobe Flash player

L'Apothéose de Lulli

L'Apothéose de Lulli

Pièces pour deux clavecins

William Christie, Christophe Rousset

Deux apothéoses pour des goûts réunis.
C'est le temps où la France de l'Age Classique n'en finissait pas d'opposer le style italien - personnifié alors par le grand virtuose et compositeur Corelli - au style français, associé comme on le sait à Lully, dont le nom n'avait pourtant de français que ce "y" final ! Mais François Couperin ne prit jamais parti, tant ces deux "goûts" lui paraissaient d'égale valeur : c'est ainsi qu'il rendit dans un premier temps hommage à Corelli, à travers cette grande sonade (sic) conçue comme une apothéose. Un an plus tard, L'Apothéose "composée à la mémoire immortelle de l'incomparable Monsieur" de Lully lui offrira un contrepoint fameux, tout à la gloire de la musique française…

William Christie joue sur un clavecin construit par Anthony Sidey, 1976, d'après un instrument français du début du XVIIIe siècle ; Christophe Rousset joue sur un clavecin français construit par Bruce Kennedy, d'après Taskin, Château d'Oex, 1985.

Ce titre est paru pour la première fois en 1988.