Get Adobe Flash player

Concertos pour piano K.453 & 482

Concertos pour piano K.453 & 482

Kristian Bezuidenhout, Freiburger Barockorchester, Petra Müllejans

Mozart installe le chant au cœur de ses concertos. Introverti et parfois incertain au début du Concerto n°17, il se mue ensuite en chant d'oiseau – préfigurant celui de Papageno – pour s'achever dans un finale digne d'un opéra bouffe. Plus majestueux dans le Concerto n°22 – contemporain des Nozze di Figaro – il s'y fait plus âpre dans le mouvement lent avant de revenir à des motifs mélodiques plus joyeux, dont un sera repris dans Così fan tutte. Jamais opéra et concerto n'auront été si proches.